•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Due to the intervention/cuts on blue background prints, this is very hard to show the result by some images online.
Scroll down to see exhibition installations of this series. 


 
Corinne Vionnet works on advertising images found on the website of travel agencies. She isolates and enlarges details from these idyllic seashore landscapes. She then subjects her images to tiny perforations which gradually consume and burn the perfect setting. On these blue backgrounds, she brings out a myriad of empty spots, reminiscent of a halftone printing effect or the perforated card process that was once used to programme and store digital information. This series highlights the discrepancies between the realities of mass tourism and the dream holidays that tour-operators seek to sell us, while questioning the power of advertising images on our souvenirs and collective memory.



Corinne Vionnet travaille à partir d’images publicitaires trouvées sur les sites internet d’agences de voyages. Elle isole et agrandit un détail pris dans ces paysages paradisiaques de bords de mer. Ces images sont ensuite piquées de micro-perforations venant consumer et consommer le bleu du décor. Sur ces fonds bleutés, elle fait apparaître une myriade de points vides rappelant autant l’effet d’une trame d’imprimerie que le procédé des cartes perforées qui servaient autrefois à programmer, mémoriser et stocker les informations numériques. Cette série pointe le décalage entre la réalité du tourisme de masse et les vacances de rêve que s’emploient à nous vendre les tour-opérateurs, tout en questionnant le pouvoir de l’image publicitaire sur nos souvenirs et notre mémoire collective.


2015-2016















(English)

AWAY  _  by Michèle Galéa, 2015 

Among the images of the Away series, we might distinguish between the different bluish surfaces dotted with white pinpricks. To begin with, there is the sea as a setting, or at least a visual impression that evokes its intense, undulating, always indeterminate blue whose boundaries are lost in the milky azure of the summer sky. On these mobile surfaces, into which all the marine blues that make up the radiant envelope of our seaside holiday memories have been poured, Corinne Vionnet carries out a meticulous exercise in corrosion. Like a lacemaker, with steady, repetitive movements, she micro-perforates images whose modulated density forms synthetic views of coastal cities. In these ghostly environments, with buildings lining the sea, there are beaches covered with parasols and bathers' silhouettes that gradually come to the fore as hieratic figures in an unchanging, irrepressible ballet. Points of absence stand in, by contrast, for presences that pierce the image like information engraved in the substance of a memory card. And the patterns of white points make images. Embedding themselves into the velvety blue of the background, they could be "photo-graphic" emanations of it, haunting the scene and obstinately pursuing what constitutes their raison d'être: persisting.

With Away, Vionnet is not necessarily leaving behind the preoccupations that gave the Photo Opportunities series its power. Scrutinising and collecting stereotypes of the touristic image whose major vector, henceforth, is the Internet, she continues to explore the collective imagination of the "remarkable" site that Photo Opportunities set out in an evanescent, generic manner. But the spectrality of the form has now been replaced by cutouts of the motif, in the same way that the anonymity of the place has eclipsed the evidence of the immediately recognisable view. The images of the Away series do not actually refer to any particular place. They are part of a situation that marks out a framework and signifies the invariants of the seaside spectacle at all latitudes. And thus they delineate a site that is remarkable in its interchangeability and adaptation to the artifices of mass tourism. Far from simply designating a possible landscape, this geolocation (by definition, ancillary) presents itself as an impression of a seaside holiday, with its typology and its imprint sealed in a memory under influence. The indeterminacy is principled, positing the coast as a potential non-place and allowing itself to be invaded by signs which, meticulously carved out, gnaw at the surfaces and bring to light the lucidity they lack: that of saturated landscapes in a state of shortfall. A paradoxical landscape whose precision bears the signs of wear and tear, the traces of its summer colonisation – marks of an oblivion that is an image in itself. The works that make up the Away series suggest that the sea's memory could be one in nature with our own. As an expanse we might wish to be boundless, it is doubly reassuring. Its appearance is at one and the same time that of a moving, imperturbable mass and that of a familiar story whose unfolding is repeated and printed, all the way to erosion.

This series may embody an idea of memory revealed by subtraction, but not nostalgia. To the memory of places and atmospheres, Vionnet adds that of events and tourist-type experiences. Finally giving memory a collective, shareable dimension that has as much to do with places as with the anonymous crowds that gather in them, she suppresses any temptation to see in this a landscape reduced to its romantic expression alone. With a gesture that consists of incising motifs into the skin of the image by the removal of material, she turns emptiness into a principle of abstraction, productive of presence. These works could be seen as palimpsests, in that the silhouettes and elements of decor seem to accumulate different forms of time, while retaining perfect clarity. They are image-traces. Their sediments have vitrified into a layer in which data subsist and coexist without apparent contradiction, like the memories, both close and distant, that constantly fashion the psyche, endowing it with the smooth, opaque depth of a permanent presence.

But this series should also, perhaps, be seen as something other than palimpsests, even in relation to our consciousness of ecological fragility. Corinne Vionnet clearly belongs to that small community of photographers whose forward-looking work anticipates our aesthetic experience of evolving spaces, and of landscapes seen as cliches of visual and cultural objects. A palimpsest landscape, certainly. Or a "millefeuille" landscape, as Alain Roger said, quoting Bernard Lassus1. But also, possibly, an enunciated photographic expression of an archetype landscape condensed into its essential traits, with a form close to that of a coastal scene from which exoticism has been removed, along with all or any of the concrete landscape's "laborious, fissiparous constraint"2. And if this is the case, the Away series could be seen as a hybrid segueing from the Western landscape tradition of panoramas and unifying views into the poetic abstraction of shanshui (approximately, "mountain-water"), which denotes both the landscape one contemplates and the landscape within oneself – one's absoluteness, and one's manifestation, liberated from contingencies of place. Progressively reducing the literal presence of things and beings to the imprint of their passage, and their recommencement, Away expresses the emotion inherent in this place of sand, sky and water that can be contemplated as a visual impression moved by the breath of the sea breeze.

1 In Roger's Art et anticipation, Paris, Carré Editions, 1997.
2 As François Jullien put it in La Grande image n'a pas de forme, ou du non-objet par la peinture, Paris, Seuil, 2003.

 




(Français) 

AWAY _ par Michèle Galéa, 2015 

Des images de la série Away, nous ne distinguons que des surfaces bleutées piquées de points blancs. Il y a d’abord la mer pour décor, ou du moins une impression visuelle qui évoque son bleu intense et ondoyant, étendue flottante et toujours incertaine dont les limites se perdent dans l’azur laiteux des ciels d’été. Sur ces surfaces mouvantes dont la couleur pourrait condenser tous les bleus marins qui font l’enveloppe radieuse de nos souvenirs de vacances à la mer, Corinne Vionnet pratique une corrosion méticuleuse. A la manière d’une dentellière au geste sûr et répétitif, elle pique les images de micro-perforations dont la densité modulée dessine des vues synthétiques de cités balnéaires. Dans ces environnements fantomatiques bornés d’immeubles de front de mer, les plages couvertes de parasols et peuplées de silhouettes de baigneurs s’imposent peu à peu comme les figures hiératiques d’un ballet immuable et irrépressible. Points d’absence valant pour des présences en creux trouant l’image comme le feraient les informations gravées dans la matière d’une carte-mémoire, les semis de points blancs font image. Ils s’incrustent dans le bleu velouté du décor de sorte qu’ils pourraient en être des émanations photo-graphiques, et viennent hanter le fond paysager depuis lequel ils poursuivent obstinément ce qui leur tient lieu de raison d’être: persister.

Avec Away, Corinne Vionnet ne quitte pas nécessairement les préoccupations qui avaient fait la force de sa série Photo Opportunities. Scrutant et collectionnant les stéréotypes de l’image touristique dont Internet est désormais le grand pourvoyeur, elle continue d’explorer l’imaginaire collectif du site «remarquable» que Photo Opportunities déployait en images évanescentes et génériques. Mais l’impressionnisme spectral de la forme a cédé la place à la découpe au scalpel du motif, de même que l’anonymat du lieu a éclipsé l’évidence de la vue immédiatement reconnaissable. Les images de la série Away ne renvoient en effet à aucun site particulier. Elles font part d’une situation, délimitent un cadre et signalent les invariants du spectacle balnéaire sous toutes les latitudes. En ce sens, elles décrivent un site remarquable parce qu’interchangeable et parfaitement adapté aux artifices du tourisme de masse. Loin de seulement désigner un paysage possible, la géo-localisation forcément subsidiaire nous apparaît comme l’estampille du paysage de vacances à la mer, son type, son empreinte scellée dans une mémoire sous influence. Cette indétermination de principe posant le paysage balnéaire comme un non-lieu en puissance se laisse envahir par des signes, qui, par la minutie de leur découpe, rongent les surfaces en laissant affleurer la précision qui leur manque: paysage saturé en état de manque. Paysage paradoxal dont la précision se puise dans ses effets d’usure et de dégradation, portant les stigmates de sa colonisation estivale en se trouant des marques d’un oubli qui fait lui-même image. Les œuvres de la série Away nous suggèrent alors que la mémoire de la mer pourrait bien être de même nature que la nôtre. Etendue que l’on voudrait inépuisable, elle est doublement rassurante: son apparence est à la fois celle d’une masse mouvante et imperturbable et celle d’un récit familier dont la trame se répète et s’imprime jusqu’à l’érosion.

S’il est bien question d’une mémoire révélée par soustraction dans cette série, il n’y est pas pour autant question de nostalgie. A la mémoire des lieux et des atmosphères, Corinne Vionnet ajoute celle des faits touristiques et des événements. Donnant finalement à la mémoire une dimension collective et partageable qui pèse autant sur les lieux que sur les foules anonymes qui les fréquentent, l’artiste en vient à réprimer par là-même toute tentation d’y voir uniquement un paysage ramené à son expression romantique. Par le geste consistant à inciser les motifs dans la peau des images en retirant de la matière, elle édifie le vide en principe d’une abstraction faisant présence. On pourrait voir dans ces images une écriture relevant du palimpseste tant il est vrai que les formes dessinant les silhouettes et les éléments de décor semblent accumuler des temps différents tout en étant parfaitement lisibles. Ce sont des images-traces. Leurs sédiments se sont vitrifiés au point de ne former qu’une couche pelliculaire dans laquelle les informations persistent et coexistent sans contradiction apparente, comme le font les souvenirs proches et lointains qui sans cesse façonnent le psychisme en lui donnant l’épaisseur opaque et lisse d’un présent permanent.

Mais peut-être faut-il voir dans cette série autre chose qu’un palimpseste, fût-il en prise avec notre conscience d’une fragilité écologique. Corinne Vionnet appartient assurément à cette communauté restreinte de photographes dont le travail prospectif anticipe notre expérience esthétique des espaces en mutation et des paysages ramenés à leur dimension-cliché d’objet visuel et culturel. Paysage palimpseste, oui, sûrement, paysage «mille-feuilles» dirait Alain Roger citant Bernard Lassus1. Mais également une énonciation de ce pourrait être l’écriture photographique d’un paysage archétype réduit à ses traits essentiels, la forme approchant l’esprit du paysage balnéaire dont se serait retiré tout exotisme et par là-même «toute astreinte laborieuse et morcelante2» du paysage concret selon les mots de François Jullien. S’il en est ainsi, alors la série Away pourrait relever d’une forme hybride, quittant les rives du paysage occidental amoureux des panoramiques et des points de vue unificateurs, pour tenter l’abstraction poétique du shanshui, qui se traduit difficilement par «montagnes-eaux» et qui désigne tout à la fois le paysage que l’on regarde et celui qui est en soi, son absolu autant que sa manifestation affranchie des contingences du site. En réduisant progressivement la présence littérale des choses et des êtres jusqu’à l’empreinte de leur passage et de leur recommencement, Away en vient à exprimer la nature émotionnelle de ce lieu de sable, de ciel et d’eau, que l’on contemple comme une impression visuelle agitée par le souffle de la brise marine.

1 Alain Roger, Art et anticipation, Carré Editions, Coll. Arts & esthétique, Paris, 1997, p.40.
2 François Jullien, La Grande image n’a pas de forme, ou du non-objet par la peinture, Paris, Seuil, 2003, p. 187.